sublimeskinz-1
Posté par Jean-Baptiste Bonaventure | 6 mois

Sublime Skinz : « Être son propre client donne du sens à notre travail »

Chez Sublime Skinz, société française présente aux États-Unis et au Royaume-Uni, le travail des développeurs prend un autre sens : chaque bout de code est relayé sur plus de 3 500 sites dans le monde.

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais vous avez forcément déjà vu les « Skinz », les habillages de Sublime Skinz. Et pour cause : cette société française lancée en 2012 déploie aujourd’hui son format publicitaire sur plus de 3 500 sites dans le monde, et touche environ 200 millions d’internautes chaque mois. « Nous sommes au coeur de l’écosystème de la publicité numérique », explique Estelle Reale, directrice marketing de Sublime Skinz. « Nous nous situons entre les agences médias, les annonceurs et les éditeurs car nous nous sommes spécialisés sur un seul type de publicité : un format à la fois innovant et impactant mais surtout non-intrusif pour l’internaute », ajoute-t-elle.

Lire aussi : Les locaux les plus sexys de la capitale : Prestashop et Sublime Skinz

Puisque chez Sublime Skinz, on aime faire les choses soi-même, la société utilise son propre adserver : elle délivre donc ses campagnes en direct, mais fonctionne aussi en programmatique. « Nous avons de nombreux partenariats, qui bougent beaucoup, de nouveaux formats, de nouvelles interconnexions, etc. Le boulot des devs consiste donc à gérer tout ça », commente Jérémy Huet, lead dev de l’équipe dev. Et de détailler : « On utilise beaucoup de PHP, mais aussi le framework Laravel qui est un peu notre outil de base. Il nous permet notamment de structurer très rapidement. On fait aussi beaucoup de JS natif vu que notre tag est embarqué sur tous les sites du réseau ». Mais aussi MySQL, AngularJS, Junit : les technos utilisées par les développeurs de Sublime Skinz sont nombreuses et variées.

Une très importante culture tech

« On travaille en Scrum, on fait beaucoup de peer programming, du code review, bref, on fait tout ce qu’il y a d’intéressant autour des outils de développement. C’est assez classique finalement, mais toujours avec l’idée d’une veille continue », se réjouit Jérémy. Et pour cause, la culture tech préside au sein de Sublime Skinz, comme le résume Estelle Reale : « Les devs sont le coeur du business, sans eux, la société n’existe pas ! ». L’équipe technique représente plus de 30 % de l’effectif total de Sublime Skinz.

sublimeskinz-2
© Sublime Skinz
sublimeskinz-3
© Sublime Skinz
sublime-skinz-4
© Sublime Skinz

Si la start-up n’héberge pas de Meet-Up, ses équipes se rendent régulièrement à ce type d’évènements. En interne, ce sont les « Lunch & Learn » qui permettent à tous les services d’exposer leurs avancées et de comprendre celles des autres. « L’atmosphère est à l’échange, le partage des connaissances, l’émulation », résume Jérémy. Lead Developper depuis trois mois, il est arrivé au code par hasard, via un fanzine qu’il tenait avec des amis. Ayant d’abord travaillé dans des agences, il est ravi de pouvoir profiter de la borne d’arcade, du snacking ou des paniers de fruits frais hebdomadaires ; mais ce n’est pas tout. Le plus important pour lui, c’est la portée du travail. « Le morceau de code que tu es en train d’écrire, c’est pas une mise en production pour un site, ou pour dix, ou pour cent.  C’est 3 500 sites qui sont concernés. Bien sûr, c’est pas mal de pression parce que si tu te plantes c’est d’autant plus grave. Mais c’est exaltant. On a le pôle datas qui nous récupère les metrics dont on a besoin, on se sent vraiment au coeur de l’innovation. »

Un beau développement international

Avec un siège à Paris et des bureaux à Londres, San Francisco et New York, la start-up française a bien réussi son développement à l’international : mieux, elle y fait déjà 50 % de son chiffre d’affaires. Du coup, les opportunités sont grandes. « Nous sommes à un moment clé, où nous avons besoin de grandir, et on réfléchit à installer une équipe dev là-bas, sur le marché américain », explique Jérémy.

Mais si vous rêvez de l’Amérique, il faudra trouver votre place chez Sublime Skinz et Jérémy sait ce qu’il veut. « Je ne cherche pas le meilleur dev, celui qui se prend pour un génie de JS. On essaie d’éviter les égos, on est là pour grandir, mais tous ensemble ».

Sublime Skinz recrute le 19 octobre au RemixJobs Day. Pour s’inscrire, c’est ici.

Suivre Sublime Skinz sur Twitter