©williamiven
Posté par Marion Guillou | 6 mois

Pourquoi les développeurs désertent-ils le développement mobile ?

Analyse d'un écosystème saturé où l'ordre établi laisse peu de place à la créativité... à moins que les développeurs ne fassent entendre leur voix pour rectifier le tir.

Ceci est une traduction de « Mobile App developers are suffering » d’Alex Austin sur Medium

« Le marché est juste trop saturé. La frontière entre l’adoption et la monétisation est trop importante. C’est plus facile sur le web. » Voilà ce que me confiait récemment un ami dont la boîte a arrêté le développement d’applications natives. C’est plus facile sur le web. Comment est-ce possible ? Une chose est sûre, ce n’est pas parce que l’on trouve moins de sites web que d’applications. L’écosystème du web existe depuis déjà vingt ans, quand celui des applications n’existe que depuis six ans.

Tout d’abord, que veut dire le concept de « saturation »? Si vous avez bien suivi vos cours de chimie au lycée, vous savez que la saturation est l’état qu’atteint une solution lorsqu’elle n’est plus capable d’absorber de nouveaux composants. Par exemple, si vous mettez du sel dans de l’eau jusqu’à ce que la solution sature, vous avez beau remuer, le sel ne se dilue plus, il tombe directement au fond du pot.

Pourquoi donc le milieu des applications mobiles est-il saturé, alors que le web est toujours capable d’absorber de nouveaux sites ? Et peut-on encore faire quelque chose ?

À quel point l’écosystème des applications mobile est-il saturé ?

Chez Branch, nous sommes en relation avec les développeurs mobile qui accompagnent les entreprises dans leur croissance. Chaque jour, un demi-milliard de personnes passent par les milliers d’applications de notre réseau. Nous avons donc une très bonne vision du problème. Jetons un oeil à la répartition du trafic relatif aux 1 000 premières applications de l’App Store (jeux mis à part). Le résultat est effrayant :

appadoptionpowerlaw
© DR

Comme vous pouvez le constater, l’écart entre la dixième application la plus populaire (Skype) et la première (Facebook) est gigantesque. Quant à la millième application la plus populaire (Pixable), son taux d’adoption ne représente que 0,2 % de la première. Allons encore plus loin : lors des quatre dernières semaines, 45 000 nouvelles applications ont été introduites, rien que sur l’App Store. Leurs chances d’entrer dans le top 1 000 sont nulles et, quand bien même certaines d’entre elles y arriveraient, elles n’afficheraient pas un traffic rentable.

Selon une récente étude publiée sur LinkedIn, le top 20 des éditeurs d’applications représente moins de 0,005 % de toutes les applications, mais 60% des revenus de l’App Store. Ce type de relation mathématique s’appelle une loi de puissance (power law), elle explique la règle des 80/20 (80 % de la valeur est concentrée par 20 % de la distribution). En d’autres termes, la loi de puissance explique pourquoi l’essentiel de la valeur est concentrée par une toute petite partie de l’écosystème.

L’écosystème des applications a une loi de puissance extrêmement rude, où le rapport entre adoption et monétisation est fortement biaisé par les quelques applications les plus rentables. En fait, il apparaît que plus de 99% de la valeur est concentrée par 0,01% des applications. Appelons ça la règle des 99/0,01 de l’App Store. Tout cela nous indique qu’en fait :

L’App Store a commencé à saturer en 2008, lorsqu’il a atteint les 1 000 applications.

La cause profonde : l’adoption est trop difficile

Pourquoi donc la loi de puissance est-elle si rude dans l’écosystème des applications mobile ? Analysons le processus d’adoption classique d’un utilisateur d’application mobile :

  • Faire connaître l’application

Il faut tout d’abord que l’utilisateur sache que sa potentielle nouvelle application existe. C’est de loin le problème le plus difficile à surmonter. Deux solutions s’offrent aux développeurs : 1, payer pour promouvoir leur application sur Facebook ; 2, payer pour apparaître sur l’App Store. Le souci, c’est que ces deux formes de promotion ne fonctionnent que si l’application est déjà connue.

Payer pour se faire connaître est totalement insoutenable pour la plupart des applications, étant donné que le coût d’acquisition acceptable est de 4,14$ les premiers mois. Les business models qui peuvent soutenir ce coût se comptent sur les doigts d’une main. Cela signifie que la publicité n’est utile qu’au très faible pourcentage d’applications déjà bien monétisées. Pour la majorité d’entre elles, c’est une voie de garage.

Une fois sur l’App Store, encore faut-il attirer les utilisateurs. La fonction de recherche n’étant utile qu’à partir du moment où l’utilisateur connaît déjà le nom de l’application qu’il recherche, il faut donc, soit que l’application apparaisse sur la Home Page, soit qu’elle figure au classement des meilleures applications de l’App Store (les Top Charts). Or, apparaître sur la Home Page est un privilège réservé aux développeurs entretenant des relations avec Apple ou Google, ou bien aux applications bénéficiants déjà d’une bonne renommée.

applicationsLes Top Charts sont les moteurs principaux de la loi de puissance, de part leur caractère auto-renforçant. À partir du moment où vous êtes classé dans les six meilleures applications de votre catégorie (ou encore mieux, dans les six meilleures applications toutes catégories confondues), votre positionnement est cimenté dans l’écosystème des applications mobile. En effet, les Top Charts assurent un flux continu de nouveaux utilisateurs, en leur qualité de canaux principaux d’acquisition, vous poussant toujours plus haut dans le peloton. Cependant, comme vous pouvez le constater, quatre des six applications les plus populaires de l’App Store sont des applications familières de Google et Apple, les deux autres sont des jeux. Pas facile de renverser l’ordre établi.

Dans le marketing mobile (tout particulièrement dans le milieu des jeux), certains petits malins ont instauré une pratique que l’on appelle le « charting« . Ils achètent des milliers de faux téléchargements outre-mer sur un court laps de temps, afin de garantir à leur application une place de choix dans les Top Charts, et donc un positionnement indétrônable. C’est écoeurant, mais c’est comme ça que ça marche.

  • Convaincre les utilisateurs de télécharger l’application

Une fois qu’une application est bien positionnée, la partie n’est pas encore gagnée. L’App Store est extrêmement limité en termes d’affichage, ce qui réduit drastiquement les chances de téléchargement. En effet, seuls les commentaires des utilisateurs apparaissent sur la page. Ce qui signifie que, à part quelques utilisateurs zélés, les seules personnes qui prendront le temps de commenter votre applications seront les utilisateurs mécontents. N’espérez donc pas plus de deux ou trois étoiles de moyenne… quand on sait que rien ne détourne plus un utilisateur qu’une mauvaise note.

Admettons que vous réussissiez à cultiver une note de quatre étoiles. Il faut maintenant convaincre les utilisateurs de télécharger votre application, à grand renfort de titres accrocheurs, de captures d’écran et de descriptions. Afin de capter l’attention du plus grand nombre, vous êtes contraints d’utiliser des procédés honteux tels que les majuscules et les logos clignotants.

  • Les places sont chères dans les disques durs

Le dernier facteur décisif dans le processus d’adoption d’une application, c’est l’espace disponible dans le disque dur du portable des utilisateurs. Et à cause des photos et des applications, tout le monde manque toujours de place sur son portable. Pour ne rien arranger, les fabricants facturent très cher l’augmentation de la capacité de stockage de leurs téléphones. Alors que celle des disques durs SSD a explosé, atteignant les téraoctets sur le marché des ordinateurs, l’iPhone de base a stagné à 16 gigaoctets pendant des années. Apple fait d’ailleurs des marges incroyables sur l’augmentation des capacités de stockage de ses téléphones. À titre d’exemple, pour obtenir 64 gigaoctets sur un iPhone, il faut débourser 2 dollars par gigaoctet, alors que sur le marché des disques durs SSD, le gigaoctet est à 0,40 dollar.

Dans ce contexte, votre application est en concurrence directe avec les photos préférées de vos utilisateurs.

Comment contourner la loi de puissance ?

Avec un écosystème dans un tel état, de plus en plus de développeurs désertent le monde des applications pour se tourner vers de plus verts pâturages. Comment y remédier ?

  • Être visible autrement

Le premier problème à résoudre, c’est celui de la visibilité. Je propose que les Top Charts de l’App Store adoptent des algorithmes similaires à ceux de Hacker News et de Reddit, où les articles sont classés en fonction de leur date de création. Chaque fois qu’une application serait mise à jour, elle « rajeunirait ». Le nombre de téléchargements de l’application déterminerait ensuite son classement. Cela permettrait un flux constant de nouvelles applications dans les Top Charts.

  • Repenser l’accès aux applications

Le second problème concerne l’accessibilité. L’explosion de l’offre a rendu les applications banales. Nous avons donc besoin d’une nouvelle méthode d’accès aux applications natives afin de faciliter leur utilisation et donc leur adoption. Revenons à l’analogie avec le web : son contenu est banalisé depuis longtemps, mais sa méthode d’accès est totalement transparente. Un utilisateur unique visite 30 à 40 pages différentes par jour, en quelques clicks.

L’adoption d’un nouveau site web est simple, car son accès est temporaire et encourage l’exploration d’autres sites.

Que se passerait-il donc si iOS et Android adoptaient un mécanisme similaire : un navigateur permettant de passer d’une application à l’autre ? Dès qu’un utilisateur exprimerait l’intention d’accéder à une application, elle se téléchargerait et s’ouvrirait instantanément, sans passer par l’App Store. Et si ladite application n’était pas utilisée pendant plusieurs jours de suite, elle serait automatiquement effacée du disque dur pour libérer de la place.

Actuellement, si un utilisateur clique sur le lien d’une application via Twitter, le statu quo veut que ce lien le dirige vers la page de l’App Store correspondante. Si c’est techniquement faisable, un click étant l’expression d’une intention, l’application devrait automatiquement se télécharger et s’ouvrir sur le portable de l’utilisateur, lui proposant ainsi de l’expérimenter à peine quelques secondes après son click.

Un processus d’approbation du navigateur lors du déploiement de l’application permettrait de se protéger des arnaques. En d’autres termes, les téléchargement ne partiraient que de domaines préalablement autorisés par le navigateur. Quand l’utilisateur cliquerait sur un lien à partir d’un domaine autorisé, une fenêtre affichant la progression du téléchargement apparaîtrait jusqu’à ce que l’application soit chargée et lancée. C’est ainsi que fonctionnaient les sites Flash dans les premières années du web.

Les développeurs ont leur rôle à jouer

Tout repose donc sur les épaules des plateformes elles-mêmes, puisqu’elles sont les seules à contrôler l’accès aux applications. Cependant, les développeurs aussi ont un rôle à jouer en exprimant leurs préoccupations pour accélérer le changement. Si rien n’est fait, il faut s’attendre à une stagnation de la qualité des applications mobile, et à un désintérêt croissant des développeurs pour leur écosystème.

Suivre Alex Austin et Branch sur Twitter

  • Nathan Jones

    excellent article ! la solution, une appstore avec un numerus clausus, un peu comme yottaz.com