standing desk 2
Posté par Marion Guillou | 2 années

Faut-il travailler debout ? Retour d’expérience

Travailler debout, c'est dans l'air du temps. Bon pour la santé et pour la productivité, les standing desk ont apparemment tout pour plaire. Qu'en pensent les adeptes ? Témoignage.

Quel est le point commun entre Victor Hugo et Thomas Jefferson ? Figurez-vous qu’ils étaient tous les deux connus pour travailler debout. Victor Hugo possédait pour cela un écritoire surélevé, que l’on peut encore admirer en visitant son appartement de la place des Vosges à Paris. Originalité de grands hommes ? On parlera plutôt de bon sens avant-gardiste, puisque depuis quelques années, de nombreuses études nous alarment sur les méfaits de la position assise prolongée.

Pour le cardiologue et médecin du sport François Carré, cofondateur de l’Observatoire de la sédentarité et auteur du livre Danger Sédentarité, « rester assis tue même plus que le tabac » (voir son interview pour LeMonde.fr) !

Selon l’Institut américain de la santé, un adulte américain passe en moyenne 7,7 heures par jour sans bouger et 70 % des employés de bureau passent plus de 5 heures par jour assis à leur bureau.

Forcément concernées, les start-up de la Silicon Valley, Facebook et Google en tête, encouragent depuis déjà quelques temps leurs employés à utiliser des standing desk pour limiter les méfaits de la position assise prolongée (photos instagram ici et ici). Vous avez d’ailleurs probablement dans votre entourage un ami ou un collègue dev adepte de cette façon de travailler. L’ingénieur grec Spyros Maniatopoulos est l’un d’eux. Voici son retour d’expérience :

Pourquoi travailler debout ?

Dans mon bureau, nous avons tous de très beaux fauteuils fantaisie. Pourtant, malgré ces sièges ergonomiques à 700 dollars pièce, j’étais TOUT LE TEMPS endolori. Quelques heures en position assise suffisaient à me faire mal aux lombaires et aux omoplates. Même constat chez moi, avec mon bureau et mon siège bon marché. Au final, je dépensais une bonne partie de ma maigre bourse étudiante dans des massages.

standing desk 1
Le temps que nous passons assis ne cesse de s’allonger, que ce soit au bureau ou dans la voiture. Marchez, faites du vélo, et prenez les escaliers plutôt que les escalators. Faites des pauses aussi souvent que possible. Essayez de vous asseoir à 135°, cela relâche la pression qui pèse sur votre dos. © DR

 

Pour y remédier, j’ai testé la méthode qui consiste à s’asseoir à 135° (voir ci-dessus), mais cette position me frustrait, me donnait le sentiment d’être lent, paresseux et improductif. Un vrai Gollum.

Un collègue de bureau m’a alors parlé d’un standing desk à 22 dollars qu’il s’était procuré suite à la lecture d’un article sur le sujet (en anglais). J’ai décidé de faire la même chose.

standing desk 3
Spyros Maniatopoulos et son standing desk © DR

Les bénéfices physiques

Je me suis immédiatement senti libéré de mes douleurs dans le dos et dans les épaules. J’étais ravi, même si je n’exclus la possibilité d’un effet placebo. Comme je ne suis pas un expert, j’ai fait quelques recherches : je vous conseille la lecture de ce très bon article du Washington Post (en anglais), qui donne une vue d’ensemble de tous les désagréments sur la santé liée à la posture assise prolongée.

Mikael Cho, cofondateur de Pickcrew, lui aussi adepte du standing desk, souligne dans un article sur Medium (en anglais), que travailler debout peut entraîner des douleurs dans les jambes et/ou les pieds. Pour les soulager, voire les éliminer, il suffit d’enlever ses chaussures, et/ou de se procurer une natte confortable et anti-fatigue. Malheureusement, la natte est plus chère que le standing desk lui-même, mais pour moi, ça vaut le coup.

J’écris cet article depuis un Starbucks. Je suis assis depuis un peu moins d’une heure et je suis déjà avachi, laissant mon dos supporter tout mon poids. Cela n’arriverait jamais avec mon standing desk.

Les bénéfices sur la productivité

Si les avantages d’un standing desk n’étaient que physiques, cela n’aurait pas suffit à me convaincre de l’adopter. Mais voilà, il y a d’autres effets positifs inattendus.

J’ai réalisé que la position assise m’empêchait de respirer profondément, tandis que la position debout permet d’ouvrir à fond son diaphragme et son abdomen.

Cela ressemble à un bénéfice physique, mais je le mentionne dans ce paragraphe car j’ai constaté que la respiration profonde me permettait de garder les idées claires et d’être détendu. Je me sens aussi plus actif et engagé dans mon travail. Je n’ai plus la possibilité de me voûter quand je commence à m’ennuyer, ou que je galère sur un morceau de code particulièrement récalcitrant et frustrant.

Je me sens donc plus productif et je suis plus productif quand je travaille debout.

Il y a aussi d’autres petits atouts. Par exemple, quand quelqu’un vient me parler à mon bureau, je n’ai pas besoin de me lever ou de lui trouver une chaise. Nous restons tous les deux debout et nous partageons mon écran, qui est placé pile au même niveau que nos yeux. Je remarque aussi que je passe moins de temps sur Facebook et sur Youtube. Ça a l’air bête, mais comme tout le monde peut voir mon écran, j’évite de trop me distraire.

Quelques inconvénients

J’ai fini par remplacer mon standing desk à 22 dollars par un standing desk beaucoup plus cher, dans les 120 dollars, ce qui reste toujours moins cher d’un standing desk professionnel. Même un étudiant peut se l’offrir.

Rester debout 8 à 10 heures par jour est fatigant, je ne le nie pas. Mais je fais régulièrement quelques étirements pendant trente secondes. Quand j’ai vraiment besoin de repos, je vais simplement m’asseoir dans un canapé à proximité, je lis un article sur Medium et je retourne travailler. Ces petits break me suffisent.

Les autres inconvénients sont directement liés à mon travail en particulier. J’ai souvent besoin de passer plusieurs heures à faire des recherches et à réfléchir. Je n’ai pas encore trouvé le moyen de faire ça debout. J’ai besoin d’être assis.

Enfin, le standing desk a des conséquences sur la vie privée au bureau. Personnellement, ça ne me pose pas de problème, puisque j’essaie d’éviter Facebook et Youtube de toutes façons. Et quand je dois skyper, j’utilise la salle de réunion.

Ceci est une traduction de l’article To stand or not to stand de Spyros Maniatopoulos

Pour conclure, nuançons. Car si nous ne sommes pas faits pour rester assis toute la journée, nous ne sommes pas non plus fait pour rester debout tout le temps. Comme souvent, la solution est peut-être bien dans le compromis. Un bureau à hauteur variable par exemple ? Le lead dev parisien Gaëtan Manchon l’a testé (60 % assis, 40 % debout) et pour lui, le résultat est « extraordinaire » (lire son interview pour Dev Mag).

Et vous, qu’en pensez-vous ? 

  • Maxime

    C’est un problème moderne car l’Homme est devenu sédentaire. Pour se déplacer il utilise la voiture, il avale plus de calories qu’il ne devrait (dont un taux de sucre rapide très élevé) et ne fait plus beaucoup d’activité physique.
    J’ai personnellement résolu le problème différemment, en commençant par une activité physique, le Crossfit. Puis en me forçant à faire des pauses avec une marche de quelques minutes, et en buvant plus d’un 1 litre d’eau au boulot.
    Conséquence du sport ? Mes lombaires se sont musclés et les douleurs du quotidien ont disparus.
    Conséquence des pauses ? Se dégourdir les jambes et faire un break fait un bien fou aussi bien pour le corps que le mental.