plateau_tech_leboncoin©devmag
Posté par Marion Guillou | 8 mois

Développeurs pour leboncoin.fr : « une entreprise humaine et fun »

On ne présente plus leboncoin.fr, leader des petites annonces gratuites en France. Mais à quoi ressemble le quotidien de ses développeurs ? DevMag a rencontré trois d'entre eux. Interview.

Saviez-vous que leboncoin.fr a failli s’appeler « Chez Georgette », du nom de la grand-mère de son fondateur ? Si le nom n’a finalement pas été retenu pour l’entreprise, il a tout de même été choisi pour baptiser la cafet’ de la boîte, située dans le huitième arrondissement de Paris.

Le Bon Coin emploie aujourd’hui une équipe IT de 95 personnes – sur un effectif total de 400 employés ; cette équipe comptera dix personnes de plus d’ici fin 2016, et une trentaine en 2017. Dorénavant à l’étroit, l’équipe déménagera en fin d’année dans de nouveaux locaux près du Faubourg-Saint-Martin. On y retrouvera sans nul doute le désormais traditionnel baby-foot cher aux start-up, symbole de l’ambiance décontractée qui semble régner dans l’entreprise.

babyfoot_leboncoin©devmagCependant, on le sait bien, il ne suffit pas d’un baby-foot pour rendre un dev heureux ! Que pensent donc les développeurs du Bon Coin de leurs conditions de travail ? Pour en savoir plus, DevMag a rencontré Amandine Cousin, 25 ans, développeuse iOS, Simon Maurin, 32 ans, data engineer, et Jeremie Pereira, 30 ans, lead développeur front­-end pour le Bon Coin. Interview.

dev_leboncoin©devmag
De gauche à droite, Jeremie Pereira, Simon Maurin et Amandine Cousin ©devmag

Pourquoi avoir choisi de rejoindre l’équipe tech du Bon Coin ?

Amandine : Avant de rejoindre le Bon Coin, je travaillais pour une société de services, et donc sur plein de petits projets, sans suivi ni évolution. J’avais envie d’une entreprise dans laquelle suivre des projets sur le long terme, mais aussi d’une société humaine, qui partage mes valeurs.

Simon : Le côté start-up sans costard ni prise de tête a beaucoup joué. Les projets et l’ambition technique de mon boss aussi.

Jeremie : Après quatre années en agence, je me sentais frustré d’enchaîner les projets et les missions sans jamais voir un produit évoluer. Et puis j’ai été abordé par un chasseur de têtes, qui m’a proposé de postuler pour « l’un des plus grands sites français » (leboncoin.fr est le sixième site de France, toutes catégories confondues, ndlr). Le projet m’a bien plu, ainsi que l’opportunité de travailler pour un produit simple utilisé par deux tiers des Français ; enfin, l’ambiance de l’entreprise a fini de me convaincre.

Quels sont vos langages de prédilection ?

Amandine : Objective-C et Swift.

Simon : Java et Python. Je suis aussi un scala-fiste refoulé (faute de temps).

Jeremie : J’ai d’abord été très orienté PHP, avant de me rendre compte que j’appréciais encore plus les technologies front web. Je développe encore pas mal en PHP dans le cadre de projets personnels, mais au boulot, j’utilise aussi Ruby, CSS et JavaScript.

À quoi ressemble votre journée type ?

Amandine : Une journée type commence par ordonner mes priorités : si j’ai des fixs ou des crash à gérer par exemple, ou bien si j’avance sur les projets de la prochaine version.

Simon : Un bon tiers de la journée est consacré aux interactions inter et extra-équipe, principalement sur des sujets touchant à la conception logicielle, à la modélisation ou à l’architecture. Un autre tiers concerne l’intégration de données (Spark, Kafka et autres buzzwords). Et pour le reste : du café, des croissants, de la veille, des jeux de plateaux, de l’organisationnel, et de la réflexion sur les (nombreux) projets à venir.

Jeremie : Je n’ai pas vraiment de journée type, même si chaque jour contient son temps de réunion, son temps de développement, et son temps de veille. J’ai quand même un petit rituel : le matin en arrivant, j’aime bien lancer mon Google Music ou YouTube pour commencer la journée en musique.

À quoi ressemble votre bureau ? 

Amandine : La photo parle d’elle-même !

amandine_cousin_leboncoin©devmag
Amandine Cousin ©devmag

Simon : C’est une sorte de comptoir avec un paquet de cahiers pleins de schémas, une pile de bouquins techniques, des stabilos, un ou deux nerfs à portée de main pour parer toute attaque éventuelle ; et des écrans mobiles afin d’adapter le couvert. Sans oublier mon UC surmontée d’un Bender, quintessence de l’IA, sous le regard duquel je travaille toute la journée.

simon_maurin_leboncoin©devmag
Simon Maurin ©devmag

(Simon utilise un standing desk, ndlr, lire aussi : Faut-il travailler debout ?)

Jeremie : Mon bureau est un peu fouillis, je l’avoue ! Quelques papiers, un calendrier avec des photos de mon fils, beaucoup de figurines de jeux vidéo, des post-it pour essayer de ne pas oublier quelques détails, un gobelet vide… ah, et puis un ordinateur portable et des écrans !

jeremie_pereira_leboncoin©devmag
Jeremie Pereira ©devmag

Qu’est-ce que vous préférez dans votre job chez Le Bon Coin ?

Amandine : Mon équipe ! Plus globalement, l’humain. On se sent écouté, pas jugé, il est donc facile et naturel de proposer de nouvelles idées.

Simon : Le degré d’autonomie laissé à l’équipe à tous les niveaux (road map, architecture, infra, etc.).

Jeremie : Sans hésiter, l’équipe dans laquelle je suis ! L’ambiance générale au sein de l’entreprise est aussi un point que j’apprécie tout particulièrement ; tout comme le fait d’apprendre constamment de nouvelles choses, et d’avoir le temps de le faire.

Et ce que vous aimez le moins ?

Amandine : Difficile de trouver quelque chose que je n’aime pas ici, à part peut-être le fait que l’entreprise grossit fortement, et qu’il devient compliqué de savoir qui fait quoi. J’espère que Le Bon Coin saura garder son âme d’enfant en grandissant.

Simon : Les ascenseurs (pas des plus rapides, ndlr) ! Mis à part ça, et les goûts musicaux de certains de mes voisins d’open space, j’ai beau chercher, je ne vois aucun point dont je pourrais légitimement me plaindre.

Jeremie : Je dirais les process, parfois un peu lourds pour de toutes petites choses. Il est aussi plus difficile de mettre en avant des projets purement techniques que des projets produit.

Comment décririez-vous la culture d’entreprise chez Le Bon Coin ?

Amandine : Humaine et fun.

Simon :

Comme dans beaucoup de boîtes digitales qui fonctionnent, la culture d’entreprise du Bon Coin est basée sur la proximité, l’ambition et une bonne machine à café.

Le télétravail est-il monnaie courante chez le Bon Coin ? Qu’en pensez-vous ?

Amandine : Dans notre service, non. On est très souvent amené à échanger dans l’équipe, donc on ne pourrait pas faire ça tout le temps. Mais ponctuellement, grâce aux outils de communication que nous avons, ça pourrait être intéressant.

Simon : À l’heure actuelle, tout télétravail est exclu par la direction, de peur de nuire à la proximité dans les équipes. C’est un point que beaucoup souhaiteraient voir évoluer.

Jeremie : Je pense que le télétravail peut être génial, si tout le monde joue le jeu. Personnellement, j’aime bien venir au bureau, le télétravail pourrait cependant parfois être pratique, comme lors des grèves de transports !

Depuis que vous avez rejoint Le Bon Coin, quels sont les projets sur lesquels vous êtes le plus fier d’avoir travaillé ?

Amandine : D’un point de vue technique, je dirais le changement de langage : d’Objective-C à Swift. D’un point de vue fonctionnel, le projet donc je suis la plus fière, c’est le multi-sélecteur d’images – qui permet de choisir plusieurs photos et l’ordre de celles-ci depuis son téléphone, en une seule fois.

Simon : En 2014, le Bon Coin a souhaité amorcer sa transition vers un modèle de société data driven, et a donc lancé un projet d’étude dans ce but. L’idée était de proposer des évolutions techniques et organisationnelles, afin de converger étape par étape vers un modèle cible. À l’issu de six mois de rédaction, le projet a été validé dans son ensemble. Deux ans plus tard, nous suivons toujours le chemin tracé par ce projet d’étude. Voir le résultat d’un tel investissement s’inscrire dans la durée, c’est extrêmement satisfaisant.

Jeremie : J’ai travaillé sur pas mal de choses depuis mon arrivée, notamment sur la mise en place du compte pour les particuliers. Mais le projet dont je suis le plus fier, c’est la refonte graphique du site réalisée sur l’année 2015-­2016. J’ai eu la co-­responsabilité de ce projet avec une personne de l’équipe produit. Ce fût difficile et plein d’embûches, mais au final, c’est pour moi l’un des meilleurs projets sur lesquels j’ai travaillé.

Quelles nouvelles technos aimeriez-vous apprendre prochainement ?

Amandine : J’aimerais continuer à progresser en Swift.

Simon : Comme évoqué plus haut, j’aimerais pouvoir coder plus régulièrement en Scala. Je suis impatient de mettre la mains sur les nouveautés introduites par Spark 2.0 et Kafka 0.10.

Jeremie : En ce moment, j’essaie de m’améliorer en TypeScript. En parallèle, j’aimerais me mettre à jour en JavaScript, notamment sur ES2016.

Suivre leboncoin.fr, Simon Maurin et Jeremie Pereira sur Twitter