DB-nNrWVYAAuK6W
Posté par Jean-Baptiste Delphes | 1 semaine

Adobe : “Travailler chez nous, c’est rejoindre une des meilleures équipes de devs”

Travailler pour l’entreprise derrière certains des logiciels les plus célèbres et les plus utilisés du monde constitue indéniablement un grand challenge. C’est pour cela que nous avons décidé d’explorer le sujet au sein du groupe Adobe.

Tous les humains ayant un jour touché un ordinateur connaissent Adobe. Et pour cause, derrière ce nom qui surgit au détour d’un lancement de logiciel, on trouve Premiere, InDesign, Photoshop ou encore Illustrator et Fotolia. Autant d’outils si profondément ancrés dans les habitudes qu’ils sont presque devenus des noms communs. Malgré ce succès incontestable, ce groupe d’ampleur mondiale revendique une culture bien particulière, loin de celle de certains géants de l’édition de logiciels.

Des cultures d’entreprise complémentaires

“Nous sommes une entreprise de très grande taille – plus de 10 000 personnes – et qui s’est construite par l’agrégation de beaucoup d’entreprises différentes parmi lesquelles Macromedia, Neolane, Fotolia, et bien d’autres. Cela donne donc une structure vraiment différente des autres entreprises : chacun travaille sur un produit en particulier qui possède son propre état d’esprit. Nous partageons une culture commune et les mêmes objectifs ambitieux de croissance et de développement”, explique Olivier Sirven, Director Software Engineering chez Adobe. En charge de toute la partie ingénierie relative aux produits conçus par l’équipe Adobe Stock – comme fotolia.com et stock.adobe.com notamment –  celui qui se définit comme faisant partie des murs précise : “En ce qui concerne la culture spécifique à l’équipe Adobe Stock, nous sommes aussi très attachés à la notion de groupe et faisons en sorte que tout le monde se sente faire partie d’une famille qui œuvre dans la même direction. Nous conservons l’esprit « start-up » des débuts de Fotolia tout en bénéficiant désormais de la surface technologique et de la stabilité financière d’Adobe.”

L’humain au centre de l’entreprise

C’est donc sans surprise que l’humain se trouve au centre de la politique d’Adobe. Le groupe soutient en effet la diversité, l’égalité homme/femme, l’accomplissement professionnel et plus largement les actions caritatives qui tiennent à cœur aux employés en finançant par exemple les associations de leur choix et en les rémunérant en fonction du temps qu’ils leur consacrent.

“Ce sont des valeurs que l’on peut trouver chez d’autres entreprises et d’autres startups bien sûr. Mais les trouver dans une entreprise de la taille d’Adobe permet de se projeter sans peur dans l’avenir”, constate Olivier Sirven. Et d’ajouter : “le turn-over chez les équipes Adobe Stock est très faible : les gens s’épanouissent dans leur quotidien et n’ont plus envie de nous quitter ! Cela favorise l’émergence d’un sentiment d’appartenance commun, ce qui est très important pour nous.”  

Sur le plan technique et l’évolution de carrière non plus, Adobe ne lésine pas sur l’attention portée au bien-être de ses employés. Ainsi, chacun d’eux bénéficie d’un accompagnement personnalisé fait notamment de moments d’échanges organisés entre managers et développeurs. Des rendez-vous trimestriels pour la carrière et hebdomadaires pour la gestion du quotidien. De plus, la participation à des événements mensuels de partage de connaissances ou des meet ups sont favorisés.

Les défis et l’exigence d’un géant

Et si les développeurs d’Adobe sont à ce point chouchoutés, c’est parce que l’éditeur de logiciels veut attirer et garder les meilleurs. D’ailleurs, elle ne s’en cache pas. “Travailler chez Adobe c’est rejoindre une des meilleures des équipes de développement. Travailler sur des APIs qui propulsent Adobe Photoshop n’est pas donné à tout le monde après tout ! Nous cultivons le goût de l’exigence et de la créativité ainsi que de la proximité, autrement dit de l’humain avant tout”, assène Olivier Sirven.

Et pour cause, les défis sont de taille et les technologies diverses, à l’image du travail d’Adobe Stock : “Chez les équipes Adobe Stock, nous faisons essentiellement du web autour des technologies PHP et Node. Notre architecture est tournée autour des services cloud comme AWS ou Azure et nous utilisons beaucoup Docker pour le développement et la production. Nous travaillons sur une architecture à base de micro-services et sur quelques applications historiques que nous découpons petit à petit en micro-services. Nous servons en moyenne 50 000 pages par minute et devons le faire le plus rapidement possible, idéalement en dessous des 50ms.

Enfin, nous avons des contraintes de production très fortes : hors de question évidemment d’avoir son workflow sous Adobe Photoshop cassé pour cause de service web en panne !

Les missions des développeurs sont donc principalement de participer à la création de nos micro-services, à leur maintenance ainsi qu’à la conception des différentes interfaces qui composent la partie visible pour le client tout en garantissant des performances et une stabilité applicative à toute épreuve.” Un sacré challenge quotidien.

Mais le Director Software Engineering prévient : Postuler chez nous n’est pas facile : nous ne recrutons que les meilleurs talents. Mais si vous êtes créatifs, passionnés et talentueux vous aurez votre place chez nous et un avenir radieux !”

Parole de dev

Pour en savoir plus sur la vie et le travail chez Adobe, nous avons posé quelques questions à un de ces talents dont Adobe est si fier : Ludovic M. développeur front-end chez Adobe depuis septembre 2016.

Salut Ludovic, peux-tu me parler de ton parcours jusqu’à ton poste actuel chez Adobe ?

Je suis développeur front-end pour Adobe depuis Septembre 2016. Je travaille sur les interfaces utilisateurs des différents produits Adobe Stock, leurs logiques et interactions avec le navigateur.

Auparavant, j’occupais un poste similaire chez Meetic puis Canal+. C’est une de mes connaissances déjà employée par Adobe depuis plusieurs années qui m’a permis de postuler au poste que j’occupe par le biais de la cooptation.

Sur quelles technos travailles-tu ? Ont-elles évolué depuis que tu es arrivé chez Adobe ?

Les technos front ont beaucoup évolué ces dernières années. En ce moment, je travaille principalement avec le couple React/Redux pour la partie vue et logique, les dernières versions d’HTML et CSS pour ce qui est du rendu. Nous envisageons d’intégrer des Web Components également à notre stack.

Qu’en est-il de tes missions ? A quoi ressemblent-elles ?

Nous développons une marketplace, Adobe Stock, qui permet d’une part à des contributeurs professionnels de vendre leurs créations (photos, vidéos, fiches 3D), d’autre part à des équipes créatives d’acheter ces ressources pour les utiliser dans leurs projets. Je travaille principalement sur l’application pour les contributeurs. L’idée est de réduire les frictions liées à la mise en ligne d’importantes séries de fichiers en proposant un outil pratique, ergonomique, et qui automatise pour eux certaines tâches redondantes. C’est une de nos portes d’entrée principales des contenus sur la place de marché. C’est un jeune produit, qui a un peu moins d’un an, nous itérons dessus via des sprints de deux semaines pour y apporter constamment de la valeur ajoutée.

Peux-tu me décrire brièvement ta journée type ?

Mon équipe est partagée entre Paris et San Francisco. En début de journée, je prends connaissance de ce qui a été fait la veille aux Etats-Unis, principalement en faisant du code review. Chez Adobe chacun est encouragé et tenu de faire des reviews pour partager la connaissance et garantir une codebase de qualité. Ensuite, je travaille sur les stories qui me sont affectées dans le sprint en cours. Généralement en fin de journée, j’ai des échanges par conférence call avec l’équipe à San Francisco.

Qu’est-ce qui t’a décidé à venir à rejoindre les équipes d’Adobe ?

Principalement trois choses.

Premièrement, la mission : participer à la genèse de l’application pour nos contributeurs, construite autour de technologies de pointe.

Deuxièmement, le management. Adobe propose un vrai management de proximité efficace. Par exemple, nous avons des rendez-vous réguliers avec nos managers pour assurer un échange permanent, ce qui nous permet de progresser et de franchir des paliers.

Enfin, la dimension internationale, le fait d’avoir une équipe distribuée entre Paris et San Francisco et d’échanger quotidiennement avec nos collègues américains.

Plus largement, qu’est-ce qui rend Adobe différente d’une autre société ?

Adobe est une société qui a un impact positif pour ses clients, mais aussi pour ses employés.

La qualité de nos livrables est primordiale, tant pour les personnes travaillant sur du logiciel embarqué que pour des applications web comme Stock. Adobe met l’utilisateur, l’expérience, au cœur de ses réflexions.

Pour les employés, il est possible de s’investir dans de nombreuses communautés, par exemple liées à l’open source, voire même pour des organisations caritatives.

Adobe est un grand nom, connu de tous. Est-ce important pour toi ? Les défis en sont-ils plus grands ?

Adobe est une marque importante, connue. Le plus important pour nous, employés, est de perpétuer ses valeurs tant en termes de qualité, d’expérience utilisateur, que d’humain.

La business unit pour laquelle nous travaillons est relativement jeune au sein d’Adobe. C’est aussi un des seuls domaines où Adobe n’est pas leader. Il y a beaucoup d’attentes de la part de nos dirigeants sur son succès, et la société se donne les moyens de ses ambitions. Pour ce qui est des défis, nous travaillons actuellement pour apporter à nos utilisateurs au moins autant de fonctionnalités que nos concurrents, et nous mettons en place une refonte de l’architecture back-end et front-end afin de mieux adresser les problématiques à venir.

Qu’est-ce que cela apporte comme avantages/comme inconvénients ?

Les avantages d’Adobe sont multiples.

Tout d’abord, le fait qu’Adobe soit une grande entreprise et promeuve la qualité : elle va chercher à mettre ses employés dans de bonnes conditions de travail, en leur proposant des locaux agréables et du très bon matériel. De manière générale, le management et les RH font en sorte d’éliminer tous les points de friction pour que les employés puissent effectuer leur travail au mieux.

D’autre part, nous sommes les premiers ambassadeurs de la marque en tant qu’employés. L’entreprise est transparente sur ses chiffres, ses succès. Elle place une attente importante dans chacun de ses employés qui doivent être les garants de cette réussite. Je ne sais pas si c’est un inconvénient, mais il y a beaucoup d’exigence sur chaque poste, et nous cherchons les bonnes personnes pour nous accompagner.

Le chômage est presque inexistant chez les développeurs. Alors pourquoi rester ici plutôt que d’aller ailleurs ?

Adobe est une entreprise qui accompagne ses employés dans leur carrière. Ici on ne passe pas d’un projet A à un projet B, on construit sur le long terme. Je pense que c’est quelque chose de très important et qui correspond en tout point à mes envies et ambitions.

Quid de la vie d’entreprise et des évènements techniques ?

Adobe Stock organise des team building plusieurs fois dans l’année. Pour ce qui est des évènements techniques, c’est un domaine dans lequel nous devons être meilleurs, plus présents, notamment à Paris.

Adobe prend-elle soin de ses développeurs, humainement et techniquement ?

Au cours de l’année passée, chacun des membres de notre équipe a eu la possibilité de participer à au moins une conférence. Nous valorisons aussi les initiatives internes de partage de connaissance en organisant des lunch bag, ou chacun est libre de présenter le sujet de son choix autour d’un déjeuner.

Pour résumer, quelle est la chose la plus importante pour te sentir bien ?

Le plus important pour moi c’est d’avoir un management qui nous permette de voir loin en nous accompagnant pas à pas vers nos objectifs. Tout comme une entreprise va chercher du potentiel et du talent chez ses futurs employés, je cherche dans une entreprise la possibilité de progresser quotidiennement vers une objectif challengeant. Adobe réunit ces critères. En y ajoutant un peu de confort apporté par le fait d’être dans une grande entreprise, je pense que c’est ce qui crée une bonne ambiance de travail et qui rend le tout très agréable pour travailler en s’épanouissant.

Pour finir, qu’est-ce que tu dirais à un dev qui envisage de bosser pour Adobe ?

Je lui dirais bienvenue, déjà. Et bravo ensuite, sachant qu’Adobe ne recrute que les meilleurs talents, il serait normal de la ou le féliciter.

Enfin, je lui dirais de rester ouvert(e), à l’écoute. De chercher à comprendre nos problématiques et celles de nos utilisateurs, afin d’y répondre au mieux. Et pour finir, de ne pas hésiter à prendre du feedback régulièrement sur son travail pour progresser, et d’accompagner ses pairs par la suite.